RÉGLEMENTATION ET ENVIRONNEMENT

La RE2020 : une réglementation plus ambitieuse pour lutter contre le changement climatique.

Visant à rendre les futures constructions neuves plus respectueuses de l’environnement, la RE2020 (Réglementation Environnementale 2020) entrera en vigueur dès janvier 2022. Qu’est-ce que cela signifie ? Qu’est-ce que cette RE2020 va changer pour la maison individuelle ? On vous dit tout juste ici. 👀
RE2020 : réglementation environnementale 2020

Qu’est-ce que la RE2020 ?

La RE2020 est la nouvelle réglementation environnementale publiée par le gouvernement. Elle entrera en vigueur pour les permis de construire déposés à partir du 1er janvier 2022 et concernera le secteur de la maison individuelle, du bâtiment (promoteurs), des immeubles de bureaux ainsi que les bâtiments d’enseignement primaire et secondaire. Afin de répondre aux attentes de l’Accord de Paris de 2015, son objectif final est de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Le Gouvernement a donc souhaité inscrire la RE2020 dans le temps long, en fixant un objectif clair et une trajectoire progressive : la réglementation sera progressivement de plus en plus exigeante, depuis son entrée en vigueur jusqu’à 2031 avec trois phases de réhaussement des exigences en 2025, 2028 et 2031.

30%
d'abaissement du seuil
Bbio max
160 kg
de CO2/m2 pour les maisons individuelles
2022
exclusion des systèmes énergétiques à énergie fossile
30%
de diminution des émissions du secteur d’ici 2031

3 OBJECTIFS POUR LES MAISONS DE DEMAIN :

1. Poursuivre l’amélioration de la performance énergétique et la baisse des consommations

➝ Encouragement à l’utilisation des énergies décarbonnées (recours à la chaleur renouvelable type pompe à chaleur, biomasse, réseaux de chaleur, etc.).

➝ Encouragement à l’utilisation d’équipements « intelligents »

2. Diminuer l’impact carbone des constructions

➝ L’analyse du cycle de vie (ACV) devient obligatoire : il faudra désormais calculer le « poids carbone » d’une construction neuve

➝ Encouragement à l’utilisation de matériaux biosourcés et peu émissifs (bois, liège, chanvre, cellulose, etc.)

➝ Introduction d’un seuil maximal d’émission de gaz à effet de serre pour les consommations annuelles (IC Energie = 160 kg CO2/m2 pour les maisons individuelles)

3. Garantir un logement adapté aux conditions climatiques futures

➝ Prise en compte du « confort d’été » afin de garantir la fraîcheur en cas de forte chaleur

 

RE2020 : quelles différences avec la RT2012 ?

Le nombre d’indicateurs à calculer passera de 2 pour la RT2012 (Bbio / CEP) à 9 pour la RE2020 dont 6 soumis à un seuil à ne pas dépasser.

RE2020 - 9 indicateurs à calculer

Comme évoqué précédemment, les 3 principaux axes de la RE2020 sont :

1. L’énergie

Évolution du Bbio (Indicateur de Besoin Bioclimatique) : 

  • Par rapport au seuil minimum imposé par le RT 2012, la RE 2020 imposera un abaissement du seuil Bbio max de 30%. Cela signifie qu’il faudra mettre des isolants encore plus performants et bien orienter la maison pour avoir un maximum d’apport de soleil.
  • La Perméabilité à l’air sur les VMC sera également contrôlée, ce qui n’était pas le cas avec la RT2012. Des tests seront en principe effectués pour vérifier si le réseau est bien étanche.
  • Changement de surface de référence : on passe de la Surface Hors d’Oeuvre Nette (SHON) au sens de la RT (SRT) à la Surface habitable (SHAB)
  • Modification de certaines stations météo et mise à jour des données météo
  • Prise en compte des besoins de froid
  • Modification des consignes en besoin de froid : on passe de 28°C  à 26°C 
  • Introduction d’un forfait de pénalisation sur les consommations pour inconfort estival
  • Modification de l’algorithme éclairage naturel
  • Évolution du facteur d’énergie primaire du chauffage électrique : on passe de 2,58 à 2,30
  • Modification des besoins d’Eau Chaude Sanitaire (ECS)

2. L’environnement ACV (Analyse du Cycle de Vie)

➝ Evolution des EGES (Indicateur des émissions de Gaz à Effet de Serre) et EGES_PCE (Indicateur des émissions de Gaz à Effet de Serre de produits de construction et des équipements utilisés) :

  • Changement de surface de référence : on passe de la Surface de plancher (SDP) à la Surface habitable (SHAB)
  • Aménagements de la parcelle non pris en compte
  • Réduction des émissions CO2 de l’électricité pour le chauffage : on passe de 210g/kwhef à 79g/kwhef
  • Introduction de la méthode ACV dynamique au lieu de statique avec un objectif de réduction de :
    • 15% en 2024
    • 25% en 2027
    • 30 à 40% en 2030

Cette méthode « dynamique » donne plus de poids aux gaz à effet de serre émis dans l’atmosphère aujourd’hui qu’à ceux qui seront émis plus tard. Pourquoi ? Car une molécule de CO2 émise aujourd’hui commence à réchauffer l’atmosphère dès aujourd’hui alors que la même molécule émise 50 ans plus tard ne commencera à avoir des effets sur le climat que 50 ans plus tard.

➝ Nouveaux indicateurs :

  • Calcul de la masse de carbone biogénique stockée
  • L’impact annuel de l’exploitation énergétique prend en compte l’émission de CO2 de la contribution énergie ce qui est plutôt défavorable à l’énergie gaz.

3. Le confort d’été

➝ Nouvel indicateur degré-heure DH afin de construire des bâtiments plus résistants aux épisodes de canicule, de plus en plus en courant. On distingue 3 niveaux de confort du bâtiment :

    • Confortable
    • Inconfort tolérable (début d’inconfort DH = 350° C.h correspond environ à 1 semaine à +2° en continu)
    • Inconfort intolérable (exigence à définir)

La RE2020 fixera également un seuil haut maximal de 1250 DH (1850 en zone H3) qu’il sera interdit de dépasser (correspond à une période de 25 jours durant laquelle le logement serait continuellement à 30°C le jour et 28°C la nuit). Ce seuil sera le même partout en France, avec certaines exigences constructives modulées pour les régions chaudes du sud de la France.

 

Quels impacts sur votre projet ?

RE2020 : quels impacts sur votre projet ?

1. Prise en compte des émissions à effet de serre sur les maisons et exclusion des systèmes énergétiques à énergie fossile

La RE2020 va commencer à parler des émissions à effet de serre sur les maisons et à exclure les systèmes énergétiques à énergie fossile types gaz dès 2022 pour la Maison Individuelle et dès 2025 pour le logement collectif. Néanmoins, une exception sera accordée pour les permis de construire déposés avant le 31 décembre 2023 lorsqu’un permis d’aménager prévoyant une desserte en gaz a déjà été délivré pour la parcelle. Les exigences de la RE2020 mèneront également à ne plus avoir recours à des modes de chauffage électriques peu efficaces (type convecteur à effet Joule).

L’objectif ? Favoriser des systèmes de chauffage tels que le chauffage par granulés bois, le solaire, les pompes à chaleur ou les systèmes hybrides. Pour les maisons individuelles, un plafond d’émissions de gaz à effet de serre (GES) a été fixé à 4 kg CO2 eq/m2/an. A titre informatif, alors qu’une maison moyenne existante chauffée au gaz émet près de 5 tonnes de CO2/an, la même maison aux normes RE2020 émettra moins de 0,5 tonne, soit 10 fois moins !

2. Prise en compte de l’ensemble des émissions du bâtiment sur son cycle de vie, dès la construction 

Afin de diminuer l’impact carbone de la construction des bâtiments, la RE2020 prendra en compte l’ensemble des émissions du bâtiment sur son cycle de vie, dès la construction. A savoir que l’empreinte carbone d’un bâtiment liée aux phases de construction et démolition représente entre 60% et 90% de l’impact carbone total calculé sur une durée de vie de 50 ans. La RE2020 fixera donc des exigences compatibles avec la  Stratégie Nationale Bas-Carbone (SNBC) en s’appuyant sur cet indicateur qui sera mesuré en kgCO2/m² de surface de logement. Cette analyse de cycle de vie (= empreinte carbone de la maison sur 50 ans) devra être intégrée au dépôt du permis de construire et déclarer la liste de tous les matériaux utilisés et de leur quantité pour la construction.

L’objectif ? Encourager l’utilisation des matériaux biosourcés (bois, parquet, bardage et le lambris,…) et diminuer l’usage du béton et de l’acier dans les constructions ! Dans cette optique, on observera un recours massif aux matériaux biosourcés, notamment le bois, à l’horizon 2030 dans la Maison Individuelle et le petit collectif. Le recours aux matériaux géosourcés, la décarbonation des filières industrielles plus usuelles et l’introduction de davantage de mixité des matériaux seront également fortement encouragés.

3. Introduction d’un indicateur de confort d’été soumis à seuil maximal 

Désormais, les constructions neuves devront garantir un confort d’été optimal en cas de forte chaleur avec l’introduction d’un indicateur de confort d’été soumis à seuil maximal (350 DH) appliqué partout en France. L’utilisation de solutions passives pour empêcher le recours systématique à la climatisation sera également encouragée (exemples de solutions passives : volets roulants, ventilation centralisée avec puit canadien, orientation, installation de brasseur d’air, etc.).

4. Les prix vont-ils augmenter ?

Cette nouvelle règlementation aura effectivement un impact sur le coût du projet au départ mais le coût de l’énergie n’étant pas prêt de baisser, la construction d’une maison aux normes RE2020 se révélera être un investissement rentable sur le long terme : baisse de facture énergétique, émissions de carbone évités et valeur à la revente augmentée

A titre d’exemple, selon le Ministère de la Transition Ecologique, la facture d’électricité pour le chauffage d’une maison neuve typique avec une pompe à chaleur sera de l’ordre de 200 €/an, soit moins de 17 €/mois ! Une maison RE2020 aura donc, sans aucun doute, plus de valeur à la revente qu’une maison d’ancienne génération ! Enfin, le gouvernement indique que les surcoûts immédiats liés aux exigences dès l’entrée en vigueur de la RE2020 seront faibles (entre 3 à 4% des coûts de construction avec des variations selon les typologies constructives). Les surcoûts anticipés sur la base des exigences de l’horizon 2031, quant à eux, ne dépasseront à priori pas 10% du coût de construction actuelle, que ce soit pour des maisons individuelles ou des logements collectifs. 

 

Concrètement, c’est quoi une maison RE2020 ?

Maison RE2020

1. Une maison agréable à vivre qui offrira un confort d’été optimal.

Pendant la période estivale, votre maison n’a pas besoin de recourir à un système de refroidissement.

Comment ? L’isolation et l’étanchéité globales sont renforcées. Une attention toute particulière est portée à l’isolation au niveau des murs, des planchers et des plafonds entre les étages et les terrasses, de manière à éviter la création de ponts thermiques, qui entrainent une déperdition de la température ambiante. De plus, la gestion personnalisée des volets roulants permet de garder une maison confortable l’été.
Pour que votre maison continue à respirer malgré une isolation et une étanchéité renforcées, Maisons Clair Logis installe une Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) Basse Consommation qui permet de renouveler et d’assainir l’air intérieur. De plus, la nouvelle réglementation environnementale RE2020 rend désormais obligatoire le contrôle du réseau de VMC afin de vérifier sa qualité et son bon fonctionnement et garantir à votre maison un air parfaitement ventilé. 

2. Un habitat lumineux qui tire profit de l’environnement

Votre maison bénéficie d’apports énergétiques naturels, qui permettent de réduire les dépenses liées au chauffage.

Comment ? Grâce à l’intégration d’une surface de vitrages importante (au moins 1/6e de la surface habitable) et à une orientation optimale, votre maison reçoit un maximum d’apports en énergie solaire.
Par exemple, pour maximiser l’apport naturel de lumière, les pièces de vie auront de préférence une exposition sud et/ou ouest.

3. Une maison peu énergivore, plus d’économies d’énergie

Vous pouvez maîtriser et vérifier la consommation énergétique de votre maison.

Comment ? Nous vous conseillons sur le choix du système de chauffage qui sera le plus économe et nous installons un indicateur de consommation poste par poste. On estime à 15% environ la réduction de la consommation d’énergie annuelle d’une maison  RE2020.

4. Une habitation qui utilise les énergies renouvelables

Dans un contexte de préservation de l’environnement et de réduction des consommation énergétiques, votre maison neuve doit utiliser au moins une énergie renouvelable, pour votre système de chauffage ou pour la production d’eau chaude.

Comment ? Selon la région où vous construisez, nos équipes vous conseillent sur la solution la mieux adaptée à votre maison et à l’environnement (pompe à chaleur, chauffe-eau thermodynamique, panneaux photovoltaïques, etc). Une maison RE2020 aura donc de meilleures performances environnementales et émettra 30% de carbone en moins qu’une maison RT2012.

5. Une maison qui aura plus de valeur à la revente

Ses performances environnementales étant améliorées, sa consommation d’énergie diminuée et son confort augmentée, une maison RE2020 aura une valeur à la revente supérieure à une maison d’ancienne génération.

Vous avez un projet ? 

Demandez une étude personnalisée de votre projet gratuite et sans engagement

Constructeur de maisons depuis 60 ans
Personnalisation de votre maison
Des équipes régionales qui connaissent leur secteur
Un accompagnement de A à Z